Maroc: Propositions de réformes constitutionnelles, économiques et sociales

Je ne suis ni juriste ni historien ni politicien. Je n’ai donc pas l’expertise nécessaire pour pouvoir débattre de subtilités légales et juridiques. Je suis par contre un citoyen marocain qui a des aspirations et des droits et qui a envie de mettre son grain de sel à la construction d’un Maroc meilleur, en proposant une liste de réformes à entreprendre concernant la séparation des pouvoirs, le protocole royal, la régionalisation, les identités marocaines, la justice, l’économie et la justice

1- Sépération des pouvoirs

– L’établissement d’une monarchie parlementaire démocratique

– Le monarque devrait exercer un rôle éminemment symbolique en tant que garant de la Constitution, de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale, mais aussi en tant que symbole de la continuité historique de l’État, représentant et garant de ses intérêts à l’étranger.

– Le monarque peut avoir un droit de regard, de conseil et d’avertissement sur la politique menée par le gouvernement et être un arbitre, en cas de crise politique ou gouvernementale.

– Le monarque héréditaire peut être roi ou reine. (L’islam ne l’interdit pas, il y a eu plusieurs femmes chefs d’État dans le monde musulman, Zaynab Annafezawiya de Marrakech, Aicha AL Hurra, Nur Al alam Nakiyat Eddine, Taj Al Alam Safiyat Eddine, Inavat Zakiyyat Eddine…)

– Le pouvoir exécutif est bicéphale, Il est composé du chef d’État (le monarque) et du gouvernement qui dirige depuis le conseil des ministres du Mechouar, les administrations civiles et militaires, ainsi que la politique intérieure et extérieure du Royaume.

– Le Monarque ne participe donc pas aux délibérations du gouvernement et ne contresigne pas ses décisions

– Le Monarque nomme le Premier ministre qui doit être issu du parti politique ayant recueilli le plus grand nombre de places au parlement aux elections législatives. Le Premier ministre nomme les autres membres du Gouvernement.

– Supprimer les ministères de souverainté

– Sanctionner sévèrement les parlementaires absentéistes en publiant annulant leur mandat  au cas où ils cumuleraient un certain nombre d’absences injustifiées.

– Supprimer la deuxième chambre du parlement, et création d’une chambre haute pour représenter l’ensemble des régions du Royaume et la politique nationale et composer avec la chambre des représentants le pouvoir législatif du Maroc.

– La chambre des représentants votera les lois nationales, s’occupera des problèmes de la vie quotidienne des citoyens et détiendrait l’initiative pour le vote du budget.

– Le budget de l’armée doit être débattu au parlement (Le Maroc figure au top 20 des pays les plus dépensiers pour leur défense >> environ 15% du budget de l’Etat!)

– Le monarque porte le titre symbolique de « chef des armées »

2- Allégement du protocole royal

Ne plus déployer autant de forces pour bloquer les villes traversées par le roi, à chaque fois qu’il effectue un déplacement officiel.

– Ne plus monopoliser les journaux télévisés avec les activités royales.

– Abolir le baisemain et les signes de dévouement d’un sujet envers le roi.

3- Décentralisation de l’Etat:

– Fédéralisation et division du Maroc en « régions autonomes » avec un budget propre pour chacune de ces régions,  sous la surveillance de l’État, autorité de tutelle.

– Ces régions joueront un rôle de coordination et d’harmonisation et leurs domaines de compétence seront surtout la police et l’éducation mais également l’environnement, la construction, l’aide sociale, le commerce de détail et certains domaines aussi longtemps qu’il n’existe pas de législation nationale.

– Lancer un « plan Marshall » pour l’intégration des régions reculées dans le circuit économique et social (infrasctrucures, couverture sanitaire, scolarisation…)  sans que celà se limite à des actions de rafistolage.

– Renforcer le pouvoir des élus locaux

4- Education, langues et religions

– Déclarer le Tamazight et l’arabe classique langues officielles

– Déclarer la darija langue nationale puisque c’est la combinaison de toutes les langues qui existent dans le royaume.

– Promouvoir et garantir la protection des langues régionales (hassania, rifain, chleuh, Jebli, zayane…) avec comme principes la territorialité et la liberté de chaque citoyen en matière de langue.

– Faciliter et encourager leur usage oral et écrit dans la vie publique et dans la vie privée.

– Lutter contre le nilinguisme

– Annuler l’article 222, qui punit d’emprisonnement tout individu “notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, et qui rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant ramadan, sans motif admis par cette religion”

– Garantir l’inviolabilité de la liberté individuelle

– Introduire le principe du libre choix de sa religion

5- Réformes économiques et sociales

– Augmenter incessamment le SMIG et instaurer un SMIG régional.

– Introduction une indexation au taux d’inflation encadrée entre 2% et 4,5% ou à 1,5% pour certains salariés qui participeront au programme « Logement décent pour tous ».

– Création d’un programme « Logement décent pour tous« . Toutes les entreprises non agricoles de plus de 20 salariés devraient réserver annuellement de 0,3% à 1 % de leur masse salariale pour la construction de logements sociaux. L’Etat s’engagerait en contrepartie à compenser la perte de collecte pour les comités de quartier qui doivent maintenir les services ces entreprises.

– Une refonte urgente du système pénitentiaire ( remédier aux problèmes de maladies, malnutrition, torture, mauvais traitement, harcèlement sexuel, interdiction de visite, manque de soins médicaux, privation…)

– Réformer la caisse de compensation et établir les prix réels en ciblant par le biais d’aides directes les ménages les plus nécessiteux. 

– Revoir le système de santé. Éliminer les risques financiers et les barrières à l’accès aux services de santé.  Promouvoir l’efficience et éliminer le gaspillage. Assurer une juste répartition de l’ensemble des dépenses publiques pour la santé et se concentrer sur les pauvres. Éliminer les dépenses de médicaments inutiles. Améliorer le contrôle qualité des médicament. Obtenir le maximum des technologies et des services.

– Le conseil de la concurrence devra de lutter contre les pratiques anticoncurrentielles, étudier le fonctionnement des marchés, assurer le respect de l’ordre public économique et nationaliser les grands groupes quand ils relèvent de monopoles naturels ou les démanteler quand ils abusent de leur position dominante (ONA-SNI).

6- Justice pour tous

– Conserver le principe de katalah, mais aucune discrimination ne devrait être faite concernant l’héritage entre filles et garçons.

– Mettre fin aux détentions arbitraires et strict respect de la présomption d’innocence.

– Un plan pour répondre aux attentes des personnes handicapées en matière d’accès à un lieu physique ou à des informations.

Nouveau découpage territorial par la CCR:

Is #Egypt the next #Tunisia ? Will the West take its hands off Mubarak?

In any democratic country we can easily find more than 20,000 people going down in the streets asking the resignation of their government.

15,000 people demonstrating in Cairo (15 M inhabitants) will not mark a break of Mubarak’s regime.

Tunisia is a small country comparing to Egypt and  the fall of Ben Ali didn’t change the regime, all people who replaced him are from the former government. If Mubarak falls it will lead to a total collapse of the regime in Egypt. He was Commander of the Air Force and Egyptian Deputy Minister of Defence in early 1970’s and his fall would be extremely surprising since he doesn’t lack the support of the army like Ben Ali. Furthermore, Mubarak is the main ally of Israel in the Middle East region, and the West will be ready to back him until the last NATO soldier.

Hosni Mubrarak and Gaza by Carlos Latuff / Brazil January,1,2009

 

Un nouveau siège pour le Parti de l’Istiqlal : Une architecture symbolique

Rare sont les partis qui ont non seulement pris l’initiative de s’inscrire d’une manière architecturale et d’avoir une présence dans le paysage urbain. Concevoir le siège du plus ancien parti politique du Maroc amène à connaître les fondements, l’histoire et ses implications dans l’avenir. Concevoir le nouveau siège du Parti de l’Istiqlal est un événement, un temps fort et doit être forcément une réalisation exceptionnelle porteuse de SENS et non pas une simple prouesse gestuelle « tendance ». Il s’agit en effet d’accueillir le Parti de l’Istiqlal dans un nouvel écrin ; de transmettre son message ; de donner forme à une identité forte connue et reconnue qui est celle de la formation du Parti de l’Istiqlal. Au-delà d’une réponse à un programme et aux interactions entre ses composantes, notre démarche a été présidée par la voie de la signification.

Le projet proposé par l’agence 2A Concept se veut un symbole fort à l’image du parti politique de l’Istiqlal. Cette volonté est exprimée à travers le rapport de l’édifice avec son environnement, ses formes et ses matériaux. Dans ce sens, leSocle, comme forme émergente et sculpté, évoque l’image d’une naissance qui prend racine dans la profondeur du passé de ce parti. Une base des acquis de ce Royaume qui font sa richesse et sa particularité. Le Noyau, quant à lui, est le coeur du bâtiment. C’est le volume central qui incarne une stature de stabilité. Il traduit par ailleurs cette contenance et cette profondeur d’un Maroc Moderne.
Enfin, l’Enveloppe, peau qui essentiellement protège le bâtiment crée aussi son énergie. C’est une membrane constituée de multiples modules triangulaires qui offrent une fresque harmonieuse de formes géométriques régulière inspirée du Zellige.

   

Les architectes d’AWMountassir ont cherché à exprimer la vivacité historique et la dynamique du Parti à travers le temps, le temps du Maroc. Le projet a été pensé de manière à permettre une identification spatiale claire. Afin de représenter le parti de l’Istiqlal, il s’agissait de composer avec des concepts symboliques forts alliant unité et diversité. A l’image de la symbolique du parti, la balance, le projet est scindé en deux corps de bâtiments traités de manière différenciée et unifiés par un geste architectural fédérateur : le RDC. Celui-ci, à l’échelle de toute la parcelle sous des formes rassembleuses, constitue un lieu de rencontre, de dialogue et d’échanges ; c’est le lieu de la démocratie. Une composition de forme elliptique qui permet de traiter l’aménagement extérieur et le bâti comme un ensemble intégré. Les niveaux supérieurs semblent en lévitation au dessus d’un volume traversé par une lumière rendant le bâtiment transparent de bout en bout. Ce lien invisible, libre et fuyant entre des opposés complémentaires, traduit les valeurs chères au Parti : modernité et tradition, justice sociale et développement économique, ancrage historique et ouverture.

Source: Amush Designe

Sahara occidental : les dessous du démantèlement du réseau d’AQMI

Un vaste et spectaculaire coup de filet des services de sécurité marocains a permis de démanteler hier une cellule terroriste active à 20 kilomètres d’Amghala, une oasis du Sahara occidental.

Si la prise effectuée par les Marocains n’étonne pas dans les circonstances actuelles, l’ampleur du réseau terroriste composé de 27 personnes ainsi que la quantité des armes découvertes dans trois caches témoignent des capacités renouvelées d’AQMI ainsi que de la volonté de la franchise locale d’Al Qaïda de déstabiliser la région. Pourtant, il y a quelques semaines, deux opérations menées par les armées maliennes et mauritaniennes avaient porté un coup sévère aux structures d’AQMI au Sahel. En effet, plusieurs combattants et trafiquants ont été tués ou appréhendés à la frontière entre le Mali et la Mauritanie. Certains d’entre eux-dont les têtes du réseau- étaient des sahraouis issus du front indépendantiste du Polisario et ayant fait allégeance à Al Qaïda. Le Maroc qui en différentes occasions avait alerté la communauté internationale sur la dérive terroriste de certains éléments du Polisario et qui a été accusé notamment par l’Algérie de « surenchère médiatique » vient de découvrir, à ses dépens, que le Sahara occidental n’est plus à l’abri des activités d’AQMI. D’après des sources bien informées à Rabat, les péripéties du camp de Gdem Izik près de Laâyoune ont conforté les autorités chérifiennes dans leur certitude de l’imminence d’un grand coup qui serait fomenté par AQMI. Le Sahara occidental demeure une option séduisante pour les terroristes, notamment parce que très peu peuplé et surtout sillonné par des commerçants en tous genres. Les services de renseignements chérifiens, d’après les mêmes sources, ont réussi à infiltrer plusieurs groupuscules de trafiquants qui s’activent entre le Mauritanie, la région de Tindouf et le Sahara occidental. Ceci leur a permis de porter un coup sévère à ce réseau qui venait de s’installer à Amghala, bourgade située à 220 kilomètres de Laâyoune, la plus grande ville du Sahara.

le redéploiement d’AQMI conforte les thèses américaines sur l’impossibilité pour la région d’avoir des « failed states » (états très faibles, à l’image de la Guinée Bissau), ainsi que le besoin de lutter plus efficacement contre les sources de financement d’AQMI.

Maghreb Intelligence

CASABLANCA | Tramway | 1 Line | 30 km | 6,4 MMDH |(2009-2012) | #U-C

NAME: TRAMWAY DE CASABLANCA

LINE 1

LOCATION: Hay Moulay Rachid- Sidi Moumen – Hay Mohammadi – Bd Ibn Tachfine – Ba H’mad – Casa-Voyageurs – Bd Mohammed V – Place Maréchal – Avenue Hassan II – Bd Abdelmoumen – Rond-point Bachkou – Gare Oasis – Technopark – Bd Panoramique – Quartier des Facultés

STATUS: PROJECT

WORKS: 2009 – 2012

LENGTH: 28 km

LINE 2

LOCATION: Hay Hassani – Anfa – El Fida – Hay Mohammadi

STATUS: PROJECT

WORKS: 2009 – 2013

LENGTH: 17 km