Quels sont les critères d’évaluation de l’e-reputation ?

Cette question peut avoir au moins deux sens différents. Je la comprends d’abord comme une question au sujet des critères d’évaluation d’un cabinet de conseil en gestion d’e-Réputation ?

Il s’agit là seulement de mon point de vue et d’autres voudront sûrement rajouter ou supprimer quelques éléments de réponses. Le premier élément serait de vérifier quelle méthode utilise le cabinet en question pour mettre en place un système de veille efficace. L’agence  utilise-t-elle un logiciel (il serait impensable de contracter avec une agence qui répondrait par la négative) ? Quel est le logiciel utilisé ? A-t-il été développé par l’agence elle-même ou  le loue-t-elle à un autre prestataire ? Si elle loue ce logiciel le personnel est-il formé de façon adéquate. Quel est le parcours de l’équipe en question? Seront-ils les plus à même de mettre en place les actions qui s’imposent pour réparer, construire ou améliorer l’e-Réputation, autrement dit, ont-ils une expérience solide du SEO, du SEM, des relations publiques ?

L’autre interprétation que je fais de votre question concerne les critères d’évaluation d’une campagne d’e-Réputation, c’est-à-dire comment mesurer le succès d’une telle campagne ? Parce que ce sujet et votre prochaine question se recoupent, je préfère y répondre d’un seul trait ci-dessous.

Lire la suite

 

L’e-reputation est-elle maîtrisable ?


Traditionnellement, la réputation est un concept intangible que l’on ne peut mesurer et qui paradoxalement peut faire ou défaire une entreprise. Avec le développement du web 2.0, le concept de réputation devient tangible. Le bouche à oreille, véhicule traditionnel de la réputation, laisse désormais des traces écrites sur les blogs, les forums, les sites d’associations de consommateurs etc.. La multiplication du nombre d’internautes, le développement des supports créés pour et par les consommateurs (Consumer-Generated Media CGM)  tels que les blogs, forums ou autres plateformes  d’échanges représentent certainement un défi pour les entreprises. Mais ces évolutions sont riches d’opportunités car désormais, grâce aux CGM,la réputation laisse des traces identifiables, que l’ont peut stocker et analyser.La réputation n’est donc plus un concept abstrait mais devient tangible et mesurable. Plus encore, l’entreprise peut désormais communiquer en temps réel avec sa base de clients que ce soit pour répondre à un client insatisfait ou bien prévenir une fausse rumeur par exemple.

De plus, les entreprises disposent de l’ensemble des outils qu’offre le marketing en ligne pour les aider à maitriser leur e-Réputation. SEO pour nettoyer les résultats négatifs, SEO et SEM associés à des campagnes de « display » pour gagner en visibilité etc… les exemples n’en finissent pas.

Ce qui est intéressant c’est que les outils de veille et de surveillance permettent de mesurer l’impact des stratégies évoquées ci-dessus.

Lire la suite :http://www.mycommunitymanager.fr/e-reputation-france-vs-usa/#ixzz1C99wXafC

Social Media Monitoring

Je suis en train d’utiliser RADIAN 6 :un « Social Media Monitoring » ! C’est quand même un sacré outil ! Vous l’avez déjà testé ? #Veille #E-reputation #Reporting #gestiondeprojet via @mycommunitymanager, L’application coute 600 euros environ par mois.

TrendyBuzz est également un bon outil si on doit le partager avec un client ou une agence qui ne s’y connait pas complètement et qui veut comprendre immédiatement les résultats. Sysomos, la dernière démo que j’ai vu n’était pas convainquante pour l’europe et Linkfluence ont un bon produit pour celui qui veut chercher et trouver des explications. Différence majeure entre TB et LF : LF prend 8000 sources en référence et établie des stats globales représentatives, TB scan plus de 300 000 sources.

radian 6, sysomos, social mediam community management, tb